POUCHKA, 12 mois croisée barbet

 

En tout état de cause, le Barbet réclame une présence. Il a besoin de participer à la vie de la famille qui l'accueille sous son toit. Dès trois mois, il doit avoir assimilé le « couché », « assis », « pas bougé ». Ses capacités de compréhension sont sur ce plan étonnantes, et ce n'est pas un hasard si le Barbet fut employé autrefois dans certains cirques. En cela également il est l'ancêtre du Caniche. C'est un chien qui se montre ravi de "faire le beau" , de détacher des mains liées, de porter un panier à provisions, d'aboyer sur commande... bref de faire plaisir à ses maîtres.
Très patient avec les enfants, il est le complice de leurs jeux, mais aussi de leurs bêtises. Quant aux aptitudes de gardien du Barbet, elles se limitent à la prévention. Il aboie et annonce l'arrivée d'un étranger, mais ne se montre pas dangereux. Heureux lorsqu'il vit au grand air, le Barbet peut s'acclimater à la vie citadine, mais il faut dans ce cas le sortir souvent, le faire courir, lui offrir de grands espaces et surtout les baignades dont il est friand.
L'idéal reste bien entendu une propriété avec un jardin.

 



Réagir


CAPTCHA